C4 Flap T700 VGR Carbon Blades 25

Distributeur Officiel C4.
Garantie totale de la marque.

C4

$ 205.95

Meilleur prix en ligne audité parnetRivals

lupa

C4 Flap T700 VGR Carbon Blades 25

close

C4 Flap T700 VGR Carbon Blades 25

C4 Flap T700 VGR Carbon Blades 25

C4 Flap T700 VGR Carbon Blades 25

C4 Flap T700 VGR Carbon Blades 25

Description

Description

Les voilures FLAP VGR , brevetées par C4, naissent de l’observation du comportement dans l’eau des voilures des palmes de forme substantiellement traditionnelle, genre Falcon, par rapport au modèle parabolique théorique de comportement de la palme à la flexion sous charge.
Les voilures avec forme traditionnelle, telles les Falcon, ont une limite intrinsèque à leur flexion qui, pour des raisons d’épaisseur minimum soutenable de matériel et de quantité d’eau travaillée pour chaque section de la voilure, n’arrive pas à avoir la correcte homogénéité à la flexion, le plus possible semblable à la courbure parabolique parfaite que C4 recherche depuis toujours pour ses propres palmes.

La nature a évolué les poissons en leur faisant prendre pendant la nage une flexion progressivement parabolique de la tête à la queue, justement pour exploiter au mieux les caractéristiques d’incompressibilité de l’eau.

La présence, désormais indispensable sur des palmes de haut niveau, des rebords latéraux orthogonaux avec l’effet de canaliser l’eau travaillée par les voilures, innovation introduite en premier par C4, porte à un non souhaité et constant raidissement anélastique de la portion terminale des voilures. Ceci détermine un manque de flexion de cette portion (les derniers 15-20 cm) qui restent, dans l’usage sous marin, substantiellement rectilignes. Remarquez pour vous en assurer, les photos de plongeurs pendant la nage avec palmes sous marine ou, mieux encore, les nombreux documentaires disponibles. L’on peut remarquer comme la portion terminale des voilures n’est fléchie que d’une façon moindre : elle reste substantiellement droite, différemment de comment on observe être la queue des poissons au maximum de la flexion.
La portion terminale rectiligne, pour effet de la différente inclination de cette portion de la voilure par rapport au mouvement de l’eau, détermine un effet de remous de l’eau sur la voilure, justement dans la portion qui en ressent le plus, parce que là la vitesse d’écoulement du fluide est plus élevée.

La partie terminale de la voilure se meut partiellement en travers par rapport au mouvement de l’eau, en créant le nuisible effet remous. On nage comme en ayant une ventouse agissant sur l’eau appliquée au bout de la voilure.
Leau, rappelons-le, est un fluide incompressible, ceci rend donc particulièrement lourdes au mouvement toutes les situations techniques qui s’opposent au mouvement lui-même, comme justement l’effet remous dû au bout de la voilure droite et non fléchie. La présence des rebords canalisant l’eau rend cet effet encore plus relevable parce qu’ils créent et réalisent les présupposés pour faire travailler plus d’eau à la voilure.
La spéciale conformation brevetée que C4 a donnée aux voilures FLAP VGR permet d’avoir un plan de charge surajouté (le flap) à la voilure véritable, qui donne à celle-là, en employant cet artifice, la flexion parabolique recherchée par C4.

L’on réduit ainsi les pertes de charge dues aux effets remous. Par rapport aux palmes traditionnelles comme les Falcon on augmente la vitesse de séparation des filets fluides qui ainsi produisent moins de turbulences sur le bout de la palme. Tout ceci comporte une plus grande vitesse de poussée.
Sur la voilure FLAP VGR, par rapport aux très appréciées Falcon, on a expressément raccourci la partie latérale des voilures, les angles, en gagnant ainsi une moindre possibilité de contact avec le fond, réduisant par ce moyen les raisons d’encastrement entre les rocs qui peuvent déterminer endommagements aux palmes, de quelconque matériel soient-elles réalisées.

Comme la casuistique enseigne et aussi le minimum de logique laisse entendre, les palmes peuvent se casser ou s’endommager dans la zone du maximum d’effort qui correspond à la jointure avec le pied, où se concentrent les forces.

Le flap terminal est placé dans la partie la plus lointaine de celle de maximum de sollicitation, donc est substantiellement improbable que les voilures présentent des problèmes de robustesse pour cette raison.
Le fait que la surface de la voilure soit réduite dans la partie terminale, améliore nettement le maniement des palmes, les déplacements sous marins se passent ainsi avec désarmante facilité et basse dépense énergétique.

Les FLAP VGR ont l’identique et relevant angle entre pied et voilure, à peu près 23°, qui a été maintes fois testé sur les Falcon.
Les essais en eau ont indiqué comme les FLAP VGR aient un rendement constamment supérieur aux Falcon, quantifiable en à peu près le 15%. On obtient les mêmes prestations avec de réduits dépenses d’énergie, ceci avantage soit les possibilités dynamiques que la sécurité dans les immersions en apnée.

Top fiber quality : MEGAFORCE T 700
Dans les palmes FLAP VGR lusage de la nouvelle MEGAFORCE T700 , filé de type HT ( Hight Tensile ), permet, grâce à sa résistance supérieure du 40% par rapport au filé standard T300 et au même module élastique ( Tensile Modulus ), d’augmenter significativement la résistance à la fracture des palmes.
Pour comprendre quelle importance ait, aux fins de la résistance à la fracture, une fibre avec plus de résistance et même module élastique, comme le MEGAFORCE T700, il suffit de considérer quels sont les efforts et comme ils sont distribués. Le commencement de la fracture d’une voilure a lieu quand, pour trop de flexion, on sollicite le matériel avec un rayon de courbure moindre, en surpassant les valeurs de résistance.
Si nous supposons une section de la voilure et on analyse les efforts dans les différentes couches ou feuilles, on découvre que pendant la flexion, la feuille extérieure a un rayon de courbure plus grande que la feuille qui est sur la partie intérieure de la voilure. La feuille extérieure est ainsi soumise à flexion et traction, son côté opposé à flexion et compression. La feuille qui sera placé au milieu de la section ne sera sollicitée qu’à flexion.
Avec ces efforts, la voilure commencera à se fracturer quand la couche extérieure, celle plus sollicitée à traction, ne tiendra plus l’effort appliqué. Si cette couche ou feuille a une résistance supérieure du 40%, il s’en ensuivra qu’elle commencera à se fracturer pour charges de traction supérieures du 40%.
C’est donc fondamental que ces couches ou feuilles (celles extérieures de la voilure) aient une grande résistance. La résistance d’une feuille peut être augmentée par deux paramètres: la dimension de la feuille (tissus gros et/ou lourds) et filés avec une haute résistance, comme le MEGAFORCE T700.
Le filé MEGAFORCE T700 a un allongement pour cent à rupture du 2,1%, par rapport au 1,5% du standard T300. Ceci améliore la flexibilité et ultérieurement la résistance à la rupture ; grâce à ceci on arrive à atteindre une courbure de pli plus accentuée des palmes.
C’est important, aux fins de la résistance à la flexion, le fait que le filé MEGAFORCE T700 ait un module élastique standard identique au T300. Un module élastique supérieur rendrait la palme extrêmement rigide. Une palme rigide ne se plie pas et donc ne fonctionnerait pas comme il le faut. Pour réduire la rigidité de la voilure et en permettre la flexion, il faudrait employer des feuilles plus fines (tissus légers) et donc moins résistantes. C’est là la raison qui rend inapte l’usage de filés HM ( Hight Modulus ) et des tissus légers pour la construction de palmes.
Les palmes C4 en carbone sont composées par plusieurs couches de fibres et ont un laminage progressif pour obtenir la courbure de flexion parabolique désirée et nécessaire.
Entre les nombreuses possibles, la courbe parabolique idéale est celle que la densité de l’eau impose naturellement aux poissons, c’est la plus fonctionnelle pour notre but. Si nous observons un poisson qui nage, nous remarquerons comme sa tête (pour nous le pied) soit substantiellement fixe, tandis que le corps se plie, tout en s’approchant à la queue, d’une façon toujours plus accentuée.
La ligne de flexion du poisson est donc parabolique, bien qu’avec une observation sommaire il paraît que ce n’est que la queue qui se plie. Dans le poisson, comme dans la palme, toute la surface intéressée se plie, peu vers la tête (notre pied) et plus dans la partie finale de la queue (le terme de la voilure) avec une courbure typique des paraboles (une fonction parabolique simple est x = y2 ).
Si nous considérons une voilure, comme si c’était une étagère emboîtée dans le pied et soumise à charge uniformément distribuée, nous remarquerons que les sections toujours plus éloignées du pied se plieront seulement si les précédentes le supportent, voire les premières doivent plier moins.
Une voilure qui se courbe d’une façon visible près du pied ne permettra pas au dernier tronçon de travailler au mieux, ne gagnant ainsi qu’une partiale exploitation de ses caractéristiques dimensionnelles.
Donc, ce genre de voilure ne peut pas travailler complètement de façon parabolique, c’est erroné de l’affirmer, mais d’une façon presque uniforme et ceci est le contraire de celle qui est la croyance normale soutenue par des observations sommaires et de la mauvaise information.
Une voilure qui travaille avec une courbure presque uniforme ne suit certainement pas ce qui est la natation des poissons, auxquels on n’enseigne certainement pas comment plier les nageoires d’une façon efficace.
Les excellents résultats sportifs obtenus par les voilures C4, depuis 1990 jusqu’à aujourd’hui, sont la garantie sure des prestations de nos produits et de la justesse des choix techniques.

Dans les palmes FLAP VGR lusage de la nouvelle MEGAFORCE T700 , filé de type HT ( Hight Tensile ), permet, grâce à sa résistance supérieure du 40% par rapport au filé standard T300 et au même module élastique ( Tensile Modulus ), d’augmenter significativement la résistance à la fracture des palmes.
Pour comprendre quelle importance ait, aux fins de la résistance à la fracture, une fibre avec plus de résistance et même module élastique, comme le MEGAFORCE T700, il suffit de considérer quels sont les efforts et comme ils sont distribués. Le commencement de la fracture d’une voilure a lieu quand, pour trop de flexion, on sollicite le matériel avec un rayon de courbure moindre, en surpassant les valeurs de résistance.
Si nous supposons une section de la voilure et on analyse les efforts dans les différentes couches ou feuilles, on découvre que pendant la flexion, la feuille extérieure a un rayon de courbure plus grande que la feuille qui est sur la partie intérieure de la voilure. La feuille extérieure est ainsi soumise à flexion et traction, son côté opposé à flexion et compression. La feuille qui sera placé au milieu de la section ne sera sollicitée qu’à flexion.
Avec ces efforts, la voilure commencera à se fracturer quand la couche extérieure, celle plus sollicitée à traction, ne tiendra plus l’effort appliqué. Si cette couche ou feuille a une résistance supérieure du 40%, il s’en ensuivra qu’elle commencera à se fracturer pour charges de traction supérieures du 40%.
C’est donc fondamental que ces couches ou feuilles (celles extérieures de la voilure) aient une grande résistance. La résistance d’une feuille peut être augmentée par deux paramètres: la dimension de la feuille (tissus gros et/ou lourds) et filés avec une haute résistance, comme le MEGAFORCE T700.
Le filé MEGAFORCE T700 a un allongement pour cent à rupture du 2,1%, par rapport au 1,5% du standard T300. Ceci améliore la flexibilité et ultérieurement la résistance à la rupture ; grâce à ceci on arrive à atteindre une courbure de pli plus accentuée des palmes.
C’est important, aux fins de la résistance à la flexion, le fait que le filé MEGAFORCE T700 ait un module élastique standard identique au T300. Un module élastique supérieur rendrait la palme extrêmement rigide. Une palme rigide ne se plie pas et donc ne fonctionnerait pas comme il le faut. Pour réduire la rigidité de la voilure et en permettre la flexion, il faudrait employer des feuilles plus fines (tissus légers) et donc moins résistantes. C’est là la raison qui rend inapte l’usage de filés HM ( Hight Modulus ) et des tissus légers pour la construction de palmes.

Les palmes C4 en carbone sont composées par plusieurs couches de fibres et ont un laminage progressif pour obtenir la courbure de flexion parabolique désirée et nécessaire.
Entre les nombreuses possibles, la courbe parabolique idéale est celle que la densité de l’eau impose naturellement aux poissons, c’est la plus fonctionnelle pour notre but. Si nous observons un poisson qui nage, nous remarquerons comme sa tête (pour nous le pied) soit substantiellement fixe, tandis que le corps se plie, tout en s’approchant à la queue, d’une façon toujours plus accentuée.
La ligne de flexion du poisson est donc parabolique, bien qu’avec une observation sommaire il paraît que ce n’est que la queue qui se plie. Dans le poisson, comme dans la palme, toute la surface intéressée se plie, peu vers la tête (notre pied) et plus dans la partie finale de la queue (le terme de la voilure) avec une courbure typique des paraboles (une fonction parabolique simple est x = y2 ).
Si nous considérons une voilure, comme si c’était une étagère emboîtée dans le pied et soumise à charge uniformément distribuée, nous remarquerons que les sections toujours plus éloignées du pied se plieront seulement si les précédentes le supportent, voire les premières doivent plier moins.
Une voilure qui se courbe d’une façon visible près du pied ne permettra pas au dernier tronçon de travailler au mieux, ne gagnant ainsi qu’une partiale exploitation de ses caractéristiques dimensionnelles.
Donc, ce genre de voilure ne peut pas travailler complètement de façon parabolique, c’est erroné de l’affirmer, mais d’une façon presque uniforme et ceci est le contraire de celle qui est la croyance normale soutenue par des observations sommaires et de la mauvaise information.
Une voilure qui travaille avec une courbure presque uniforme ne suit certainement pas ce qui est la natation des poissons, auxquels on n’enseigne certainement pas comment plier les nageoires d’une façon efficace.
Les excellents résultats sportifs obtenus par les voilures C4, depuis 1990 jusqu’à aujourd’hui, sont la garantie sure des prestations de nos produits et de la justesse des choix techniques.

VGR - Variable Geometry Rails
Les water-rails, inventés par C4 en 1994, déroulent la fonction de contrôler, en la canalisant, l’eau sur la voilure. Ils rendent la natation avec palmes stable, la palme bouge comme conduite sur deux voies, les prestations sont exaltées par le total manque d’effet 'dérapage'.
Dans l’apnée pure, où la prestation est exécutée en des conditions contrôlées, en des eaux tranquilles, en un parcours rectiligne avec charges constantes, la prestation s’obtient avec la combinaison de la moindre consommation d’énergie et de la plus haute vitesse.
Différentes sont les exigences de la chasse, où on demande une manœuvrabilité facile, un mouvement soudain et des charges variables, dues, soit aux exigences de la chasse, soit aux variables conditions météo-marines.
Donc la chose la principale demandée aux palmes, c’est leur adaptabilité aux conditions de travaille changeantes auxquelles elles sont soumises. Comme nous le savons, l’amélioration des prestations s’obtient toujours en adaptant d’une façon spécifique les caractéristiques de l’outil, aux exigences de l’action.
Exigences variables requièrent des variations dans les équipements. Une seule chose bonne pour tout veut dire se contenter de prestations normales et ceci n’est pas dans notre philosophie.
Les water rails VGR ( Variable Geometry Rails ) introduisent un nouveau concept dans le système de contrôle de la quantité d’eau travaillée par les palmes. Avec eux, la canalisation des filets fluides se modifie progressivement selon la zone et le pli de la voilure, tout en améliorant les rendements.
Nous savons qu’à cause du mouvement induit par le pied sur les palmes, la vitesse d’écoulement de l’eau sur la voilure augmente, en passant du pied au terme de la voilure. C’est ceci qui cause la poussée propulsive des palmes. Avec les water rails VGR, les volumes d’eau travaillés sont modifiés progressivement, en suivant les variations de vitesse de celle-ci dans les sections progressives de la voilure.
Un ultérieur avantage donné par les water rails VGR est de prendre dans le travail une forme spéciale des sections en ' L ', qui réduit fortement les turbulences entre la couche d’eau en mouvement sur les voilures, par rapport à celle statique de la mer.
La quantité d’eau travaillée par les water rails, change selon leurs dimensions. Des water rails bas travaillent peu d’eau, s’ils sont hauts en travaillent davantage.
Avec les mêmes conditions de matériaux, surfaces et énergie appliqués, plus d’eau est travaillée, plus forte est la poussée. C’est pour cela que les voilures longues poussent plus que les courtes, parce qu’elles travaillent plus d’eau.
Par les mêmes conditions, l’eau travaillée devient celle contrôlée par les water rails, qui servent les plus grands possibles, pour en travailler le plus possible, ceci en compatibilité avec la réponse élastique des matériaux, la dureté, les géométries et dimensions des palmes. Tâche du projeteur amalgamer matériaux, efforts et dimensions pour obtenir de basses consommations d’oxygène et de hautes vitesses.
Donc les water rails VGR ont les plus grandes dimensions possibles pour chaque section des voilures, pour rendre plus rapide possible les volumes d’eau travaillés.
Ce qui sert, où et quand il sert, c’est ainsi qu’on obtient de plus hautes vitesses et on épargne d’énergie, comme il est avec les water rails VGR.

Les FLAP VGR sont disponibles dans les traditionnelles trois différentes duretés C4: 25 soft, 30 medium, 40 hard.

Tout les palmes C4 VGR sont réalisées en 100% fibre de carbone MEGAFORCE T700.

Pour vous, scubastore a sélectionné toute une gamme de Palmes de marque. Pour sa part, C4 propose quelques modèles de Lames qui apporteront une touche branchée à votre style. scubastore met à votre disposition une variété d´articles de plongée comme C4 Flap T700 VGR Carbon Blades 25. N’hésitez donc plus, compulsez notre catalogue de Lames et découvrez-les!

Caractéristiques

Couleur:
Code-barres EAN:

Voir plus de produits liés à:

C4 - Palmes - Lames Couleur: noir Couleur: blanc

. Palmes

Utilisez le tableau ci-dessous pour connaître votre taille. Si vos mensurations sont à cheval sur deux tailles, choisissez la taille la plus petite pour un maintien plus près du corps ou la taille la plus grande pour une coupe plus ample. Si votre tour de buste et votre tour de hanches correspondent à deux tailles différentes, choisissez la taille en fonction de votre tour de buste.

Commentaires de nos clients (2)

Évaluation du produit 5 / 5

L'efficacité est dans la forme !!

Je passe La Stingray Carbone-OMER à C4 FLAP et je suis pleinement satisfait avec ces derniers. obtenu des performances incroyables, mais facile à manier.

C4

Pour une plume est-il le prix?

Partagez votre avis ou posez nous une question concernant ce produit
coinn

Écrivez un avis sur ce produit et gagnez CoINNs

(uniquement pour les clients ayant effectué un achat)

Évaluation du produit:

Code incorrect

À noter: Vos commentaires seront révisés par nos experts et seront visibles dans un délai de 5 jours ouvrables. Vous recevrez par mail la réponse à votre question, nous vous prions d´inscrire une adresse email valide.

J´accepte la protection des données à caractère personnel

Produits similaires à C4 Flap T700 VGR Carbon Blades 25:

imagen

C4 Flap T700 VGR Carbon Blades 25

$ 205.95

Taille

Nous garantissons les meilleurs prix en ligne!